Comment réaliser une isolation acoustique efficace dans un appartement en centre-ville ?

Ah, la vie en ville ! Ses cafés à chaque coin de rue, ses boutiques à profusion, son fourmillement constant de gens et… ses bruits. Que vous soyez propriétaire ou locataire d’un appartement en centre-ville, il se peut que vous ayez à subir le vacarme des voitures, les cris des passants ou encore le brouhaha de la vie nocturne. Si vous vous retrouvez dans cette description, l’isolation acoustique pourrait bien être votre meilleure alliée. Mais comment réaliser une isolation acoustique efficace ? Quels travaux sont nécessaires ? Quel est le prix à prévoir ? Ne paniquez pas, nous avons toutes les réponses à vos questions.

L’isolation phonique, c’est quoi ?

Avant de plonger dans le vif du sujet, faisons un petit point théorique. L’isolation phonique, ou acoustique, a pour but de limiter la propagation des sons au sein d’un logement. En somme, elle vous permet de vous protéger des bruits extérieurs, mais aussi d’atténuer les bruits à l’intérieur de votre appartement – parce qu’on sait tous combien une dispute de voisinage peut vite devenir gênante.

Pour cela, l’isolation phonique fait appel à différents matériaux et techniques, en fonction des endroits à isoler : murs, plafond, fenêtres… Bref, tout ce qui peut servir de relais aux ondes sonores.

Comment isoler les murs et le plafond de votre appartement ?

Les murs et le plafond sont souvent les premiers lieux auxquels on pense lorsque l’on parle d’isolation phonique. Et pour cause, il s’agit des surfaces les plus grandes et donc, les plus susceptibles de laisser passer les bruits.

Pour les murs, plusieurs solutions existent. Vous pouvez opter pour une isolation par l’intérieur, qui consiste à poser un isolant entre la cloison et le mur. Cette solution est généralement moins coûteuse, mais elle réduit aussi légèrement la superficie de votre appartement. Une autre possibilité est l’isolation par l’extérieur, qui revient à envelopper l’ensemble de votre logement dans un manteau isolant. C’est plus cher, mais aussi plus efficace.

Concernant le plafond, il est surtout important de le traiter si vous vivez en dessous d’une autre habitation. Ici, l’isolation peut se faire par le bas, en posant un faux plafond, ou par le haut, en isolant le plancher de l’étage supérieur.

Isoler les fenêtres pour une isolation acoustique optimale

Les fenêtres sont le point faible de toute bonne isolation. En effet, même si vous avez parfaitement isolé vos murs et votre plafond, les bruits peuvent toujours s’infiltrer par les ouvertures. Il est donc indispensable de traiter ce point si vous voulez une isolation acoustique efficace.

Pour cela, plusieurs options s’offrent à vous. La première, et la plus courante, est l’installation de double vitrage. Le principe est simple : deux vitres sont séparées par une lame d’air ou de gaz, ce qui crée une barrière acoustique. Si vous voulez aller plus loin, vous pouvez opter pour du triple vitrage, voire du vitrage acoustique renforcé.

Autre solution : les joints isolants. Ces petits accessoires, à coller sur le pourtour de vos fenêtres, permettent de diminuer les infiltrations de bruits. Ils sont particulièrement utiles si vous ne pouvez pas changer vos fenêtres.

Le coût de l’isolation acoustique

Passons maintenant à la question qui fâche : combien coûtent ces travaux ? Eh bien, cela dépend de nombreux facteurs : la taille de votre appartement, le type de travaux à réaliser, les matériaux utilisés…

Pour vous donner une idée, comptez entre 50 et 100 € par m² pour une isolation par l’intérieur, et entre 100 et 200 € par m² pour une isolation par l’extérieur. L’installation de double vitrage coûte en moyenne entre 100 et 300 € par fenêtre, selon la taille et le type de vitrage.

Les aides disponibles pour vos travaux d’isolation

Rassurez-vous, réaliser des travaux d’isolation phonique dans votre logement peut vous donner droit à des aides financières, ce qui permet de réduire considérablement le coût des travaux. Parmi elles, on retrouve le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE), l’éco-prêt à taux zéro, mais aussi les aides de l’Agence nationale de l’habitat (Anah).

N’hésitez pas à vous renseigner auprès de votre mairie ou de votre région, qui peuvent également proposer des aides à la rénovation.

Les solutions alternatives pour l’isolation acoustique

Même si les travaux d’isolation peuvent être coûteux, il existe des solutions alternatives qui peuvent vous aider à atténuer les nuisances sonores sans forcément engager de grands travaux. Ces solutions sont particulièrement adaptées si vous êtes locataire et ne pouvez pas entreprendre de travaux majeurs dans votre logement.

L’une des solutions les plus courantes est l’utilisation de panneaux acoustiques. Ces panneaux sont généralement fabriqués à partir de matériaux absorbants le son comme la laine de roche et peuvent être facilement installés sur les murs ou le plafond de votre appartement. Ils sont particulièrement efficaces pour réduire les bruits aériens, comme les conversations ou la musique.

Une autre solution est de recourir à des rideaux ou des tapis épais. Ces éléments peuvent aider à absorber le son et à réduire son impact. Ils sont particulièrement utiles pour réduire le bruit provenant des fenêtres ou des portes.

Enfin, n’oubliez pas l’importance de la décoration intérieure dans l’isolation acoustique. Par exemple, des meubles volumineux ou des bibliothèques remplies de livres peuvent contribuer à absorber le son et à réduire les bruits extérieurs. De plus, ils peuvent améliorer votre confort acoustique tout en ajoutant une touche de style à votre intérieur.

La réglementation acoustique dans les logements

Face à l’importance du confort acoustique dans les logements, la France a mis en place une réglementation acoustique pour protéger les habitants des nuisances sonores. Cette réglementation fixe des niveaux sonores maximums que chaque logement doit respecter, tant pour les bruits aériens que pour les bruits d’impact.

Pour les bruits aériens, le niveau sonore maximum autorisé est de 30 dB pour les pièces de jour (salon, salle à manger…) et de 25 dB pour les pièces de nuit (chambres). Pour les bruits d’impact, le niveau sonore maximum autorisé est de 40 dB.

Si vous envisagez de réaliser des travaux de rénovation dans votre appartement, il est donc important de vous assurer que votre projet respecte ces limites. Si ce n’est pas le cas, vous pourriez être tenu de réaliser des travaux supplémentaires pour mettre votre logement en conformité.

Il existe également des règles spécifiques pour les logements neufs. Ces derniers doivent respecter une réglementation plus stricte, avec des niveaux sonores maximums plus bas.

Conclusion

La vie en centre-ville peut être bruyante, mais cela ne signifie pas que vous devez subir les bruits de la ville en permanence. Grâce à l’isolation phonique, il est possible de créer une bulle de calme et de tranquillité au cœur de l’agitation urbaine. Que vous choisissiez d’isoler phoniquement vos murs, votre plafond ou vos fenêtres, ou que vous optiez pour des solutions alternatives, chaque étape contribuera à améliorer votre confort acoustique.

N’oubliez pas que l’isolation phonique peut également vous permettre de réaliser des économies d’énergie en améliorant l’isolation thermique de votre logement. Il est donc recommandé de toujours consulter un professionnel avant de commencer vos travaux, afin de choisir la solution la plus adaptée à vos besoins et à votre budget.

Enfin, n’oubliez pas de vérifier que votre projet respecte la réglementation acoustique en vigueur. Ainsi, vous pourrez profiter de votre nouvel espace de vie en toute sérénité, sans crainte de déranger vos voisins ou d’être dérangé par eux.

Copyright 2023. Tous Droits Réservés